J’ai appris comment fonctionne un moteur de recherche

Puisque j’avais envie d’être plus calée en référencement et d’obtenir plus de trafic grâce à Google, j’ai potassé un bouquin souvent cité comme une référence, Réussir son référencement web. J’ai appris plein de choses !

J’ai appris comment fonctionne un moteur de recherche – à la louche, hein, tu penses bien…

 

 

Qu’est-ce qui se cache en coulisse quand on fait une recherche sur Google ?

Un moteur de recherche, c’est un ensemble de logiciels parcourant le web et indexant automatiquement les pages visitées : ce sont les fameux robots (aussi appelés crawlers ou spiders).

  1. Des robots collectent les données présentes sur une page : ils lisent les informations de la page, les enregistrent et détectent éventuellement des mises à jour si la page a déjà été indexée. Une fois les données traitées, les robots détectent les liens présents dans la page et les visitent de façon systématique.
  1. Les données sont indexées pour constituer une base de données (qu’on appelle donc un index)
  1. Quand un internaute effectue une requête sur Google, sa requête va être analysée en fonction des mots clés utilisés (par ex, « comment devenir riche sans travailler »). Le serveur va chercher dans l’index et isoler une liste de pages, classés en fonction de leur pertinence.
  1. Pour finir, les résultats sont restitués à l’internaute dans une page de résultats, sous la forme d’une liste de 10 liens.

 

 

Ce qu’il faut en  retenir pour le référencement de son site

Les robots indexent le web sans jamais s’arrêter. Par souci d’efficacité, ils repèrent les pages mises à jour régulièrement pour les visiter plus souvent. A l’inverse, les robots délaissent les sites rarement actualisés.

Conclusion #1: Un site qui envoie du contenu frais régulièrement sera plus souvent indexé par les robots et donc mieux référencé dans les résultats de recherche.

Conclusion #2 : C’est pour cette raison que de nombreux marketeurs recommandent aux pros de créer un blog pour promouvoir leur business. Le blog sera alimenté régulièrement, ce qui bénéficiera au site vitrine par simple phénomène d’association. Et quand son blog traite des mêmes thématiques que son business, c’est une opportunité en or pour attirer via le référencement des nouveaux prospects.

 

Mais alors, à quelle fréquence actualiser son blog ?

Sur le papier, cela semble une bonne idée d’actualiser régulièrement son blog. Mais alors, à quelle fréquence ? Deux, trois fois par semaine ? Chaque jour ? Deux fois par jour ?!

Sur le web, je vois de plus en plus d’articles qui remettent en cause les bénéfices de publier quotidiennement pour alimenter son blog. Trop de travail, pour un moindre résultat : moins d’engagements et de commentaires sur le blog, moins de partages sur les réseaux sociaux…

Pourtant j’ai aussi entendu une entrepreneuse me confier que, grâce à des publications quotidiennes, son blog était devenu la principale source de trafic sur son site !

Impossible d’avoir un avis définitif sur la fréquence d’actualisation. Comme souvent, le mieux c’est que tu apprennes par expérience ce qui te convient le mieux, en testant différentes fréquences.

 

Comprendre comment fonctionne le graal absolu : être dans les 3 premiers résultats de recherche

 

Tu te souviens, on avait parlé de l’importance d’être dans les trois premiers résultats de recherche pour gagner du trafic… Au delà de cette sainte trinité, c’est peanuts – le trafic potentiel est minuscule.

L’objectif ultime, c’est donc de positionner tes articles en haut de la liste pour des mots clés que tu auras choisi avec soin. Mais qu’est-ce qui va rendre ta page plus pertinente que les milliers d’autres qui sont en compétition sur ce mot clé ?

 

Ranking : Les 3 critères pour remonter dans les résultats de recherche

Quand un internaute a tapé une requête, Google regroupe toutes les pages du web qui contiennent ces mots et il trie les résultats. Son objectif, c’est de proposer les résultats les plus pertinents.

C’est évidemment un algorythme très complexe, mais voici les trois principales techniques qui permettent d’avaluer une page :

  • Le tri par pertinence en fonction du mot clé recherché
    • Où est localisé le mot clé dans le document ? Le poids maximal est dans le titre, dans une balise h1 et dans l’URL.
    • Quelle est la densité du mot clé ? Plus le mot sera mentionné dans l’article, mieux c’est (attention quand même aux apprentis sorciers, il faut que ça reste naturel pour les internautes)
    • Le mot est-il mis en exergue (mis en gras, en titre, mentionné dans un lien, etc.)
    • Y a t’il une correspondance entre le mot et le reste du document ? Le moteur va calculer la proximité des mots clés entre eux. Par exemple, quand on parle de référencement, on évite de donner dans le même temps une recette de crumble aux pommes.
    • Existe t’il une correspondance du mot avec d’autres expressions dont le sens est proche ? Par exemple, dans un article sur le référencement, ce serait une bonne idée d’utiliser les termes SEO, positionnement, visibilité, moteur de recherche (ni vu ni connu) (ahem)…
  • Le tri par popularité : la popularité de ton site est calculée par une analyse des liens entrants (les fameux backlinks). Plus ta page est pointée par des liens émanant de pages elles-mêmes populaires, plus la popularité de ta page augmente, ainsi que son ranking.
  • Tri par mesure d’audience : C’est le calcul du taux de rebond. Plus ta page sera cliquée et moins les internautes reviendront sur le moteur de recherche après l’avoir consulté, plus cette page sera considérée comme pertinente.

 

 

Quelles leçons retenir de l’analyse du ranking ?

Ben… Le web, c’est la jungle !

Blague à part, cette petite analyse démontre bien à quel point le référencement demande des efforts de dingue.

Une partie seulement du référencement va se jouer sur le choix des mots clés et sur l’optimisation des pages. Le reste dépendra de la qualité du contenu et de sa rencontre avec son public. D’où l’importance d’affiner sa stratégie de référencement.

Evidemment, plus ton site est fabuleux, plus les gens pointeront des liens vers toi, plus ton audience restera sur ta page pendant de looongues minutes, etc. Bref, le pied. Mais quand on n’en est pas là, il va bien falloir se remonter les manches.

 

Comment on fait ?

A suivre dans le prochain article : je t’explique comment j’ai affiné ma méthode pour évaluer les mots clés qui ont le plus gros potentiel de trafic.

 

Abonnes-toi pour ne pas rater le prochain article !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *